Appuyez sur Entrée pour voir vos résultats ou Echap pour annuler.

Le Grenelle de l’environnement

Raymond Germanos Lefèbvre : Au début du dernier trimestre de l’année 2007, des rencontres politiques plus connues sous le nom de Grenelle Environnement, ont été organisées en France pour débattre sur les questions environnementales et des mesures à prendre en faveur de la protection de la nature. Les premières mesures sont actuellement en vigueur si l’on prend en compte la taxe carbone et la suppression des carburants polluants.

Les différents points traités dans le Grenelle de l’environnement

Le ministre de l’Écologie de l’époque a annoncé courant mai 2007 l’organisation du Grenelle Environnement pour débattre sur les questions environnementales et le développement durable au niveau national. Trois grands ateliers, que sont les « Transports et déplacement », « Bâtiment et Urbanisme » et « Energie et stockage de carbone », ont été créés. Six groupes de travail ont été mis en place pour débattre des différents points à l’ordre du jour. Les résultats ont été des « chantiers opérationnels » qui sont ensuite passés devant le parlement.

Les points sensibles du Grenelle de l’environnement

Comme dans toute rencontre, les sujets font débats et l’unanimité n’a pas été de mise. Certains points du Grenelle de l’environnement ont été des éléments de désaccord entre les différents participants. L’un des points sensibles de ces rencontres a été le volet du nucléaire. Le rapport général a conclu que la France ne pouvait ses permettre de supprimer l’énergie nucléaire. La question des biocarburants a également été l’occasion de débats houleux. Les autorités gouvernementales n’ont pas pu prendre de décisions franches à ce niveau. Les OGM ont également été un point de dissension entre les différents acteurs des groupes de travail.

Publié par Raymond Germanos Lefèbvre

Commentaires

Laisser un commentaire